Le séchage des linteaux, une question de ciment !

Publié le par Didius

Il fait un peu frais ce matin, le vent souffle du nord et de gros nuages passent en cortège : on appelle ça « le Mistral noir » et ça ne présage rien de bon. Heureusement, les linteaux sont coulés et la pluie n’y fera rien, le séchage est en cours. J’ai encore dans les bras la fatigue d’hier. J’enfile de vieux habits et je saute dans mes bottes, j’ai rendez-vous avec le bureau d’étude d’autoconstruction pour une réunion de chantier.

Ils sont tous là…enfin presque : Lanbau, Adius, le Dams, Wangee et Loys.

Un plateau à la main, Fouzius nous offre un café brûlant et des petits gateaux. Les vannes vont bon train, l’humeur est au beau fixe contrairement à la météo. Histoire de rappeler qu’on est là pour bosser, je lance : « Voilà un nouveau linteau ! » Chacun se tourne vers le dit linteau, un peu à regret, des linteaux, ils en ont vu des pelles et ce qui est une première pour moi de fait pas ciller ces « durs à cuire » de la construction. « A ce propos, combien de temps de séchage pour un linteau ? » lancé-je, histoire de créer l’ambiance…

 Laubau, me regarde droit dans les yeux comme si ma question l’avait sorti d’un songe « trois semaines pour le durcissement d un béton » me lance-t-il !

« Ca dépend... » lui rétorque Adius qui ne s’en laisse jamais compter. L’intervention d’Adius à ce stade de la conversation m’interroge. A-t-il des informations que je n’ai pas ?

 Je le teste « tu crois ? ». Le Dams sent que Adius est en difficulté…et dédramatise :  «Juste un mot comme ca, en passant : « 7 jours pour décoffrer les cotés, 21 jours pour la resistance, 28 jours pour enlever les etais, même linteau chargé, au
au bout de 7 jours tu peux commencer à monter dessus sans soucis : agglos, plancher, poutre, etc ».

 A ce moment, Wangee qui a ses 12 heures de voitures dans les yeux dit doucement : « C'est l'objet de la leçon de technologie de la semaine dernière.  Tu n'imagines pas comme ta question me fait plaisir, je vais pouvoir faire mon malin. » Grand sourire ! « Primo, quel ciment as-tu utilisé ?  du CEM I, du CEM II ? (le CEM III et le CEM V je doute, c'est trop spécifique)…Ensuite pour avoir une idée de la résistance mécanique de ton ciment, quelle classe a-t'il ?  (32,5 / 32,5 R / 42,5 / 42,5 R / 52,5 / 52,5 R). Si tu sais me donner ces infos là, je t'expliquerai ce que j'en sais et je pourrai mieux répondre à ta question (punaise, c'est la première fois que je suis fier de m'la peter autant ! »

 Toute l’équipe reste bouche ouverte genre « Waoh ».

 Je ne comprends pas grand-chose mais je ne me démonte pas, je vais chercher un des sacs piqués sur le chiche kébab (pour en savoir plus voir la rubrique « trucs et astuces ».

Voilà Wangee, c’est ça et je lui tends ça : 

 

Comment construire sa maison soi-même ?

Avant de démarrer son chantier et planifier la construction, il y a un livre à lire absolument !

Le guide qui vous accompagnera dans votre autoconstruction ! Disponible en librairie !

Faites aussi des économies grâce à nos partenaires

 

Une autre façon de découvrir le site !

Le B,A BA de l'autoconstruction

Nos liens sur le web

 

Archives