La base des blocs d'angles

Publié le par Didius

J'inaugure la rubrique Trucs et Astuces. L'idée est de proposer quelques manières de faire, qui ne sont pas forcément originales, mais qui ne vont pas de soi pour le néophyte que je suis.
Le professionnel en sourira sûrement, mais j'espère que l'autoconstructeur y trouvera un intérêt.

Le Truc du jour concerne la base des blocs d'angles.

Ce qui est très bien aujourd'hui lorsque l'on construit en parpaings, c'est que l'on dispose de blocs d'angles qui permettent de couler des piliers aux angles, entre les ouvertures, ou tous les 5 mètres... Par rapport aux coffrages traditionnels, cela évite certaines contraintes de dilatations des matériaux et d'éventuelles fissures dûes à la différence de réaction du béton et du parpaing. Enfin, c'est ce que je pense avoir compris. Inconvénient : le pilier est limité au diamètre de la réserve et bien inférieure au volum offert par un coffrage 20x20.

Le petit truc du jour, c'est de ne pas démarrer le pilier avec un parpaing d'angle, mais de laisser l'espace vide, ce qui va permettre de curer le mortier en supplément qui a tendance à tomber au moment de poser les rangs supérieurs. Cela permettra au final, de couler un pilier qui parte réellement de la fondation.

Illustration en images
Le bloc creux avec sa ferraille





La base du pilier avec les déchets de mortier, qui doit être curée avant de coffrer et de couler

Publié dans Trucs et Astuces

Commenter cet article

etienne 09/03/2011 17:44



Effectivement, moi aussi en autoconstruction j'ai fait de même, conseillé par un maçon du "vieux de la vieille" et effectivement on en enlève du mortier...


Après on lie ses fers, une planchette pour coffrer et on a qqch de costaud.


A noter que cette technique, logique, au final, n'est quasi plus appliquée par les maçons de pavilloneurs par exemple, qui vont très (trop) vite et en oublient ces qqs éléments de base. La
rapidité de mise en oeuvre et la rentabilité au détriment de la qualité!


Bien joué donc!



DiDius 10/03/2011 09:45



Merci Etienne, ça fait plaisir !



Kris Oflieg 01/10/2007 19:55

Oui pas mal.Sauf que dans les regles de l'art ici tu te retrouves avec ce que l'on appelle un "coup de sabre" et qu'il faut éviter. cad il faut que les parpaings se superposent au minimum d'un tiers (soit 16 cm env) de leurs longueurs. Les pros (certains) montent leur mur normalement et cassent un trou dans le parpaings du bas pour effectivement nettoyer et lier le CV aux éventuels fer en attente (dalle par exemple), puis couler apres avoir coffré ( juste une planchette en fait)Chacun sa méthode, tant que ça marche.Merci et à bientôt

fabrice 16/09/2007 11:14

Un chainage d'angle est obligatoire  dans les angles, au liaisons en T, un si L du mur est > à 8.00 ml et en remplacement d'un ouvrage béton si un meneau fait moins de 0.80 de l. C.F. dtu 20.1Bonne construction.

le dams 01/10/2006 21:57

ben moi y'a pas de mortier qui tombe dans le trou, mais j'ai un truc :-)

Didius 02/10/2006 14:26

Tu bouches le trou avec un sac...

le dams 21/09/2006 10:39

salut
je ne vois pas ce qui pose probleme a remplir le chainage d'angle vertical au fur et a mesure de l'avancement ?
une reprise de bétonnage c'est possible
de plus, moi je ne mets les ferraille qu'a la fin, c'est plus facile pour bosser :-)
et ensuite je coule poteau d'une seule traite avec un béton plastique (comme Bertrand)

Didius 28/09/2006 11:56

A la réfexion, je coulerais peut être les piliers en deux fois...Ce qui me posait problème, c'est le mortier qui tombe au fond quand on pose les blocs d'angle et qui limite l'homogéneïté du béton que l'on va couler.