Vers une culture de prévention des feux de forêt

Publié le par DiDius

La même vue au printemps et en aout après l'incendie qui a été stoppé au niveau du mur de pierres, à 2 mètres de la maison.
La même vue au printemps et en aout après l'incendie qui a été stoppé au niveau du mur de pierres, à 2 mètres de la maison.

La même vue au printemps et en aout après l'incendie qui a été stoppé au niveau du mur de pierres, à 2 mètres de la maison.

Cela fait 30 ans que j'attends le feu. La dernière fois, par ici, à la fin des années 80, le feu avait tout brûlé... sauf les maisons, enfin presque : celle du voisin avait commencé à brûler, en partie seulement.

2 ans plus tard, le paysage était encore marqué et les souches noircies des oliviers étaient encore visibles...

30 année ont passé.... les oliviers repartis des souches sont devenus de beaux arbre, les pins sont revenus.... les chênes aussi, plus timides...

Certes le feu était passé par loin à plusieurs reprises, toujours déviés par le vent ou stoppé par une colonne de combattants du feu, intervenue opportunément sur le point névralgique de passage du grand incendie...

Mais cette fois, l'ampleur et la vitesse du grand dévoreur a surpris tout le monde... sauve qui a pu... et heureusement la maison a été sauvée, merci à ces hommes et ces femmes, pompiers volontaires pour la majorité, venus de toutes les régions qui ont sauvé notre maison !

De mon côté j'étais préparé, enfin je croyais... ça fait longtemps que je l'attends ce feu, je savais qu'il passerait un jour.

Débroussaillement sévère, pas un pin à moins de 100 mètres,... et pourtant le feu est passé, s'arrêtant à chaque pied d'arbre ou d'arbuste, friand des fibres de bois du paillage ou de l'humus séché par 3 mois sans pluie... 

Après une telle sècheresse, au sol, tout brûle !

Et c'est là que je me dis qu'il faut faire beaucoup plus que débroussailler, tenir les conifères à distance, se méfier du stockage de bois en été...

Il faut une véritable ceinture de sécurité autour de la maison... pas de bois, pas de plastique, pas de matière inflammable à moins de 10 mètres de la maison. Sinon le moindre abri en bois devient le premier domino qui fera tomber tous les autres... un volet, une porte en bois, en PVC... pas de terrasse en bois par exemple... 

Je crois qu'il faut se livrer à une analyse de sécurité très stricte de cet effet domino qui peut en cas de petit terrain, commencer chez ses voisins, et là, ça se complique.

Ca ne peut passer que par une politique de prévention qui oblige à cet examen.

Et il faudra sûrement abattre des arbres, ces fameux pins, qui sont des bombes à retardement... mais pas seulement et cela demande du courage, du travail et de l'anticipation.

C'est à ce prix qu'on pourra peut être limiter les dégâts de ces feux qui vont se multiplier avec le réchauffement climatique. Il seront plus fréquents, remonteront vers le nord, et apparaitrons à toutes les saisons, l'eau manquant de plus en plus, même en hiver...

Ces mêmes feu qui contribueront au rejet de C02 dans l'atmosphère et au réchauffement climatique. Un cycle infernal déjà bien engagé en Californie, en Australie...et plus seulement en Afrique...

Ce n'est que le début, ce n'est qu'une partie du problème, nous devons changer de paradigme...

Publié dans Humeur

Commenter cet article